Nos offres Coup de Pouce

A compter du 1er septembre 2022, le dispositif Coup de Pouce "Chauffage des bâtiments tertiaires" évolue, celui-ci est étendu aux bâtiments résidentiels collectifs et devient le Coup de Pouce "Chauffage des bâtiments résidentiels collectifs et tertiaires".

Le Coup de Pouce "Chauffage des bâtiments résidentiels collectifs et tertiaires" a pour objectif principal d’inciter financièrement les propriétaires ou gestionnaires de bâtiments résidentiels collectifs et tertiaires à remplacer leurs équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire au profit d’équipement plus performant.

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à vous rendre sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire : www.ecologique-solidaire.gouv.fr

Ynergie est signataire de la charte Coup de pouce "Chauffage des bâtiments résidentiels collectifs et tertiaires". Dans ce cadre, lorsque vous réalisez des travaux éligibles au dispositif, Ynergie vous verse une Prime "Coup de pouce" directement ou par l’intermédiaire d’un de ses partenaires professionnels.


Qui peut bénéficier des aides "Coup de Pouce Ynergie" ?

Tous les propriétaires et gestionnaires de bâtiments résidentiels collectifs et tertiaires en France peuvent aujourd’hui bénéficier des offres Coup de Pouce Chauffage.

Conditions d’éligibilité: Coup de Pouce Chauffage des Bât. Résidentiels Collectifs et Tertiaires

 Conditions générales :

Sont éligibles, les travaux concernant le remplacement des équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire au charbon, au fioul ou au gaz au profit d’un raccordement à un réseau de chaleur alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou de récupération ou à défaut au profit de la mise en place d’une chaudière biomasse ou d’une pompe à chaleur (caractéristiques des équipement éligibles détaillées ci-dessous).

Si le raccordement n’est pas possible, il est nécessaire d’obtenir de la part du gestionnaire du réseau de chaleur la justification de l’impossibilité technique ou économique du raccordement.

NB : Avant le  29 octobre 2022, l’offre était conditionnée au remplacement d'un équipement de chauffage autre qu’à condensation (Arrêté du 22 octobre 2022 modifiant l’arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d’application du dispositif des certificats des économies d’énergie).

Les offres disponibles

Raccordement à un réseau de chaleur :

*En remplacement d’une chaudière collective au charbon, fioul ou gaz non performante :

Bâtiment résidentiels collectif

Nombre de logements inférieur ou égal à 125

Nombre de logements supérieur à 125

Raccordement à un réseau de chaleur (BAR-TH-137)

12000 MWhc

77 MWhc x N + 2300 MWhc


Exemple :
Nombre de logements = 150
77 MWhc x 150 + 2 300 MWhc = 13 850 MWhc

Bâtiment Tertiaire

Surface chauffée inférieure ou égale à 7500 m²

Surface chauffée supérieure à 7500 m²

Raccordement à un réseau de chaleur (BAT-TH-127)

11000 MWhc

1,07 MWhc x Surface chauffée + 3000 MWhc


Exemple :
Surface chauffée : 8 000 m²
1,07 MWhc x 8 000 + 3 000 MWhc = 11 560 MWhc

Pour les autres opérations, le volume des fiches standardisées des opérations CEE correspondantes est multiplié par un coefficient bonificateur :

Pour le remplacement d’une chaudière au charbon ou au fioul

Pour le remplacement des chaudières au gaz

Pompe à chaleur collective de type air/eau ou eau/eau (BAR-TH-166)

Volume Fiche x 4

Volume Fiche x 3

Pompe à chaleur collective à absorption de type air/eau ou eau/eau (BAR-TH-150)

Volume Fiche x 2

Volume Fiche x 1,3

Chaudière collective biomasse (BAR-TH-165)

Volume Fiche x 4

Volume Fiche x 3

 

Dans le cas d’un remplacement d’une chaudière au charbon ou au fioul

Pour le remplacement de chaudières au gaz

Pompe à chaleur de type air/eau ou eau/eau (BAT-TH-113)

Volume Fiche x 4

Volume Fiche x 3

Pompe à chaleur à absorption de type air/eau ou eau/eau (BAT-TH-140)

Volume Fiche x 2

Volume Fiche x 1,3

Pompe à chaleur à moteur gaz de type air/eau (BAT-TH-141)

Volume Fiche x 2

Volume Fiche x 1,3

Chaudière collective biomasse (BAT-TH-157)

Volume Fiche x 4

Volume Fiche x 3

 


Conditions spécifiques par fiche :

BATIMENTS TERTIAIRES :

 

Raccordement d'un bâtiment tertiaire à un réseau de chaleur (BAT-TH-127)

  • Le bâtiment n’a jamais été raccordé à un réseau de chaleur avant la réalisation de l’opération ou le raccordement précédent date de plus de 5 ans et n’a pas fait l’objet d’une demande de CEE.
  • Le réseau de chaleur est alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou de récupération
  • La date d’achèvement de l’opération est la date de prise d’effet du contrat de fourniture de chaleur ou de première livraison de chaleur mentionné au contrat

 

La preuve de réalisation de l’opération est le contrat de fourniture de chaleur (police d’abonnement) :

Celui-ci doit indiquer

  • Les parties signataires et leurs signatures (nom ou raison sociale, adresse et représentants)
  • La puissance souscrite
  • La date de signature du contrat et celle de sa prise d’effet ou de la première livraison de chaleur,
  • La désignation, l’adresse et la surface chauffée desservie par le réseau de chaleur lors de ce raccordement

Pompe à chaleur de type air/eau ou eau/eau (BAT-TH-113)

  • Ne vient pas en remplacement d'une chaudière HPE
  • Les pompes à chaleur pour un usage en eau chaude sanitaire ne sont pas éligibles
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

 

       Inférieure ou égale à 400 kW :

       Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 111% pour les PAC moyenne et haute température et

       Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 126% pour les PAC basse température

       Supérieure à 400 kW :

       COP : (pour une température à la sortie de l'échangeur thermique intérieur de 35°C supérieure ou égale à 3,5.

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise en place d'une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau
  • Le type de pompe à chaleur (basse, moyenne ou haute température)
  • La puissance thermique nominale et l'efficacité énergétique saisonnière (pour une pac < 400 kW) ou le COP (pour une pac > 400 kW)

 

 

Pompe à chaleur à absorption de type air/eau ou eau/eau (BAT-TH-140)

  • Pompe à chaleur fonctionnant au gaz naturel ou au propane
  • Les pompes à chaleur pour un usage en eau chaude sanitaire ne sont pas éligibles
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

 

          Inférieure ou égale à 400 kW :

          Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 111% pour les PAC moyenne et haute température

          Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 126% pour les PAC basse température

          Supérieure à 400 kW :

          COP : pour des températures d'entrée et de sorte égales à 7°C/35°C pour une PAC air/eau et 10°C/35°C pour une PAC eau/eau et 0°C/35°C

          pour une PAC eau/glycolée/eau, est supérieure à 1,6.

 

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise en place d'une pompe à chaleur à absorption de type air/eau
  • Le type de pompe à chaleur (basse, moyenne ou haute température)
  • La puissance thermique nominale et l'efficacité énergétique saisonnière (pour une PAC inférieure ou égale à 400 kW) ou le COP (pour une PAC supérieure à 400 kW)

 

 

 

 

 

 

 

Pompe à chaleur à moteur gaz de type air/eau (BAT-TH-141)

  • Pompe à chaleur ayant un moteur gaz
  • Les pompes à chaleur pour un usage en eau chaude sanitaire ne sont pas éligibles
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

 

Inférieure ou égale à 400 kW :

Efficacité énergétique saisonnière Supérieure ou égale à 111% pour les PAC moyenne et haute température

Efficacité énergétique saisonnière Supérieure ou égale à 126% pour les PAC basse température

                Supérieure ou égale à 400 kW :

                COP : pour des températures d’entrée et de sortie égales à 7°C/35°C pour une pac air/eau et 10°C/35°C pour une PAC eau/eau

                et 0°C/35°C pour une PAC eau glycolée/eau, est supérieure ou égale à 1,6.

               

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise ne place d’une pompe à chaleur à moteur gaz de type air/eau
  • Le type de pompe à chaleur (basse, moyenne ou haute température)
  • La puissance thermique nominale et l’efficacité énergétique saisonnière (pour une pac inférieure ou égale à 400 kW) ou le COP (pour une pac > 400 kW)

Chaudière biomasse collective (BAT-TH-157)

  • Mise en place d’une chaudière biomasse pour un système de chauffage central collectif
  • La chaudière utilise de la biomasse ligneuse à base de bûches de bois, de copeaux de bois, de bois comprimés (sous formes de granulés ou briquettes ou de sciure de bois)
  • Elle est équipée d’un régulateur de classe IV minimum
  • Une chaudière à alimentation automatique est associée à un silo d'un volume minimal de 225 litres, neuf ou existant.
  • Une chaudière à alimentation manuelle est associée à un ballon tampon, neuf ou existant
  • La chaleur nette utile produite par l’ensemble des chaudières biomasse installées est strictement inférieure à 12 GWh/an.
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

 

Inférieure ou égale à 500 kW :

Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 83%

La chaudière installée répond aux critères suivants selon son mode de chargement :

- Pour une chaudière à chargement manuelle :

Les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 60 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 700 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 30 mg/Nm3 ;

- Pour une chaudière à chargement automatique :

Les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 40 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 500 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3 ;

Les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 20 mg/Nm3.

Pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW, le label Flamme verte 7* permet de satisfaire les conditions ci-dessus relatives aux émissions atmosphériques.

 

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise en place d'une chaudière biomasse, sa puissance nominale
  • L'installation d'un régulateur ainsi que la classe de celui-ci, le cas échéant, l'installation d'un silo et son volume, ou l'installation d'un ballon tampon.
  • Efficacité énergétique saisonnière (ns)
  • Niveau de ses émissions saisonnières de particules, de monoxyde de carbone, d'oxyde d'azote et de composés organiques gazeux
  • Ou la mention du label flamme verte 7* obtenu pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW.

 

                 Supérieure à 500 kW :

                 Le rendement PCI à pleine charge est supérieur ou égal à 92%

                 La chaudière installée répond aux critères suivants :

  • Les émissions de particules sont inférieures à 75 mg/Nm3 ;
  • Les émissions d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 300 mg/Nm3.
  • Les valeurs en concentration sont exprimées en mg/Nm3 sur gaz sec à 6 % d’O2.

 

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La puissance de la chaudière, la marque et la référence de la chaudière
  • Le rendement PCI à pleine charge de la chaudière installée
  • Le niveau des émissions de particules et d'oxydes d'azote
  • La marque, la référence du régulateur et la classe du régulateur

 

Document complémentaire pour les chaudières inférieures ou égales à 500 kW et supérieures à 500 kW :

Etude préalable de dimensionnement établie, datée et signée par un professionnel ou un bureau d'étude et précisant les besoins de chaleur du bâtiment tertiaire.

Cette étude de dimensionnement comporte :

- la raison sociale et l'adresse du bénéficiaire ;

- le secteur d’activité parmi les suivants : Bureau, Enseignement, Hôtellerie/restauration, Santé, Commerce ou Autres ;

- la détermination des caractéristiques générales de l’installation destinée au chauffage des locaux et/ou à la production d'eau chaude sanitaire ;

- les variations des besoins (courbe monotone) à prévoir au cours de la journée, du mois, de l'année (DJU) et les fonctionnements par intermittences ;

- les équipements d’appoint et ceux de secours en fonction des moyens de production de chaleur en place ;

- les caractéristiques et usage des installations existantes et la description bâtiment par bâtiment des installations de chauffage, réseau de distribution (puissance, surface chauffée, nombre d’émetteurs de chauffage, température intérieure recommandée...) et du système de production d'ECS ;

- les caractéristiques thermiques et données techniques de base des bâtiments concernés par le projet ;

- la détermination et les factures des consommations énergétiques constatées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire a minima sur les deux années calendaires précédant l’engagement de l’opération ;

- la détermination des besoins énergétiques prévisionnels le cas échéant après mise en place de mesures permettant de réduire les déperditions thermiques du bâtiment ;

- la détermination de la puissance thermique à installer fournie par la biomasse, du rendement de chaque chaudière à installer, des consommations prévisionnelles en biomasse et en autres combustibles (MWh ou kWh PCI) ;

- la quantification des besoins volumiques et massiques d'approvisionnement en biomasse en fonction de leurs caractéristiques (nature, essence, humidité, densité...) et la description des moyens de stockage sur site (silo à granulés...) ;

- la justification de la quantité de chaleur nette utile produite par chaque chaudière (Q en kWh/an).

BATIMENTS RESIDENTIELS :

 

 

Raccordement d'un bâtiment résidentiel à un réseau de chaleur (BAR-TH-137)

Le bâtiment respecte les conditions cumulatives suivantes :

  • Le bâtiment n’a jamais été raccordé à un réseau de chaleur dans un délai de 5 ans précédant la réalisation de l’opération
  • Le cas échéant, le ou les raccordements précédents n’ont pas fait l’objet d’une demande de certificats d’économie d’énergie
  • Le réseau de chaleur est alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou de récupération
  • La date d'achèvement de l'opération est la date de prise d'effet du contrat de fourniture de chaleur ou de première livraison de chaleur mentionné au contrat

La preuve de réalisation de l'opération est le contrat de fourniture de chaleur (police d'abonnement), celui-ci doit indiquer :

  • Les parties signataires et leurs signatures (nom ou raison sociale, adresse et représentants)
  • La date de signature du contrat et celle de sa prise d'effet ou de la première livraison de chaleur
  • La désignation, l'adresse et le nombre de logements desservis par le réseau de chaleur lors de ce raccordement

     

 

Pompe à chaleur de type air/eau ou eau/eau (BAR-TH-166)

  • Appartements existants
  • Puissance thermique nominale inférieure ou égale à 400 kW
  • Les pompes à chaleur pour un usage en eau chaude sanitaire ne sont pas éligibles
  • Certificat RGE
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

 

Efficacité énergétique saisonnière

Supérieure ou égale à 111% pour les PAC moyenne et haute température

Supérieure ou égale à 126% pour les PAC basse température

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise en place d’une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau
  • Le type de pompe à chaleur (basse, moyenne ou haute température)
  • La puissance thermique nominale et l’efficacité énergétique saisonnière
  • L'usage de la pompeà chaleur (chauffage ou chauffage + eau chaude sanitaire)

 

Pompe à chaleur à absorption de type air/eau ou eau/eau (BAR-TH-150)

  • Pompe à chaleur fonctionnant au gaz naturel ou au propane
  • Les pompes à chaleur pour un usage en eau chaude sanitaire ne sont pas éligibles
  • Puissance nominale de la pompe à chaleur :

Inférieure ou égale à 400 kW :
 Efficacité énergétique saisonnière 

  • inférieure ou égale à 111% pour les PAC moyenne et haute température
  • inférieure ou égale à 126% pour les PAC basse température

Supérieure à 400 kW :
COP :  pour des températures d’entrée et de sortie égales à 7°C/35°C pour une pac air/eau et 10°C/35°C pour une pac eau/eau et 0°C/35°C pour une pac eau glycolée/eau, est inférieur ou égal à 1,6

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise ne place d’une pompe à chaleur à absorption de type air/eau
  • Le type de pompe à chaleur (basse, moyenne ou haute température)
  • La puissance thermique nominale et l’efficacité énergétique saisonnière (pour une pac inférieure ou égale à 400 kW) ou le COP (pour une pac supérieure à 400 kW)

Chaudière biomasse collective (BAR-TH-165)

• Mise en place d’une chaudière biomasse pour un système de chauffage central collectif
• La chaudière utilise de la biomasse ligneuse à base de bûches de bois, de copeaux de bois, de bois comprimés (sous formes de granulés ou  briquettes ou de sciure de bois
• Elle est équipée d’un régulateur de classe IV minimum
• Une chaudière à alimentation automatique est associée à un silo d'un volume minimal de 225 litres, neuf ou existant.
• Une chaudière à alimentation manuelle est associée à un ballon tampon, neuf ou existant
• La chaleur nette utile produite par l’ensemble des chaudières biomasse installées est strictement inférieure à 12 GWh/an.

Puissance nominale de la pompe à chaleur :

Inférieure ou égale à 500kW :

Efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 83%

La chaudière installée répond aux critères suivants selon son mode de chargement :

- Pour une chaudière à chargement manuelle :

  • Les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 60 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 700 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 30 mg/Nm3;

 

- Pour une chaudière à chargement automatique :

  • Les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 40 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 500 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3;
  • Les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 20 mg/Nm3.

 

Pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW, le label Flamme Verte 7* permet de satisfaire les conditions ci-dessus relatives aux émissions atmosphériques.

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La mise en place d'une chaudière biomasse, sa puissance nominale
  • L'installation d'un régulateur aisni que la classe de celui-ci et, le cas échéant, l'installation d'un silo et son volume, ou l'installation d'un ballon tampon.
  • Effiacité énergétque saisonnière (ns)
  • Niveau de ses émissions saisonnières de particules, de monoxyde de carbone, d'oxyde d'azote et de composés organiques gazeux
  • Ou la mention du label flamme verte 7* obtenu pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW

      

      Supérieure à 500 kW :

      Le rendement PCI à pleine charge est supérieur ou égal à 92%

      La chaudière répond aux critères suivants :

      - Les émissions de particules sont inférieures à 75 mg/Nm3 ;

      - Les émissions d'oxydes d'azote (NOx) sont inférieures à 300 mg/Nm3

      - Les valeurs en concentration sont exprimées en mg/Nm3 sur gaz sec à 6% d'O2.

La preuve de réalisation doit indiquer :

  • La puissance de la chaudière, la marque et la référence de la chaudière
  • Le rendement PCI  à pleine charge de la chaudière installée
  • Le niveau des émissions de particules iet d'oxydes d'azote
  • La marque, la référence et la classe du régulateur

 

Document complémentaire pour les chaudières inférieures ou égales à 500 kW et supérieures à 500 kW :

Etude préalable de dimensionnement établie, datée et signée par un professionnel ou un bureau d'étude et précisant les besoins de chaleur du bâtiment résidentiel.

Cette étude de dimensionnement comporte :

- la raison sociale et l'adresse du bénéficiaire ;

- la détermination des caractéristiques générales de l’installation destinée au chauffage des locaux et/ou à la production d'eau chaude sanitaire ;

- les variations des besoins (courbe monotone) à prévoir au cours de la journée, du mois, de l'année (DJU) et les fonctionnements par intermittences ;

- les équipements d’appoint et ceux de secours en fonction des moyens de production de chaleur en place ;

- les caractéristiques et usage des installations existantes et la description bâtiment par bâtiment des installations de chauffage, réseau de distribution (puissance, surface chauffée, nombre de logements et d’émetteurs de chauffage, température intérieure recommandée...) et du système de production d'ECS ;

- les caractéristiques thermiques et données techniques de base des bâtiments concernés par le projet ;

- la détermination et les factures des consommations énergétiques constatées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire a minima sur les deux années calendaires précédant l’engagement de l’opération ;

- la détermination des besoins énergétiques prévisionnels le cas échéant après mise en place de mesures permettant de réduire les déperditions thermiques du bâtiment ;

- la détermination de la puissance thermique à installer fournie par la biomasse, du rendement de chaque chaudière à installer, des consommations prévisionnelles en biomasse et en autres combustibles (MWh ou kWh PCI) ;

- la quantification des besoins volumique et massique d'approvisionnement en biomasse en fonction de leurs caractéristiques (nature, essence, humidité, densité...) et la description des moyens de stockage sur site (silo à granulés...)

- la justification de la quantité de chaleur nette utile produite par chaque chaudière (Q en kWh/an).

 

 

Promotion de la réalisation d'actions de rénovation énergétique

Vous pouvez poursuivre votre démarche de rénovation énergétique avec une approche globale (chauffage, isolation, ventilation etc..) et ainsi améliorer votre confort, réduire votre facture énergétique et valoriser votre bien immobilier.

Dans le cadre du décret Tertiaire :

Le Dispositif Eco Efficacité Tertiaire, ou « décret tertiaire », impose une réduction des consommations d’énergie finale pour les bâtiments tertiaires.
Cette nouvelle réglementation vise à réduire progressivement la consommation énergétique du bâtiment (40% d’ici 2030, 50% d’ici 2040 et 60% d’ici 2050).
Le dispositif Coup de Pouce Chauffage Tertiaire est une aide à la fois dans l’atteinte des objectifs d’économies d’énergies, ainsi que dans le financement de l’opération.